📌🔆Bienvenue ! Ce message d'accueil est pour vous❣️

...  que vous débarquiez de mon ancien blog hébergé sur Overblog,  que vous soyez des nouveaux lecteurs, voici quelques explications pour ...

samedi 28 décembre 2013

Le syndrome de Meares-Irlen. 1 Qu'est-ce ? Comment le détecter & le traiter ?

Plusieurs aspies ayant évoqué leur grande sensibilité à l'éblouissement, j'ai décidé qu'il était opportun de proposer une piste qui pourrait peut-être se révéler aidante. 



Même s'il n'y a aucune panacée dans ce monde, je souhaite néanmoins vous parler du syndrome de Meares-Irlen, encore peu connu en Europe. 



Voici un article récemment paru dans la presse, en Suisse, avec une citation que je trouve particulilèrement parlante :



«C’est un peu comme si on écoutait la radio sur une mauvaise longueur d’onde: les mots sont indistincts, c’est fatigant et énervant. Le port de filtres apporte un confort immédiat. Mais il ne guérit pas. Dans certaines migraines, par exemple, les crises s’espacent, diminuent d’intensité, voire disparaissent, mais si l’on retire les filtres, elles reviennent», explique Karin Schwarz, optométriste à Yverdon (VD).
Voir l'article paru dans le Matin Dimanche du 10 novembre 2013
Non, c'est lunettes n'appartiennent pas au pirate des Caraïbes !
Non, c'est lunettes n'appartiennent pas au pirate des Caraïbes !
Le syndrome de Meares-Irlen

Pour lire l'article complet, en pdf, que j'ai passé dans mon logiciel de reconnaissance de texte, cliquer sur l'image :


(NB : l'article tel qu'il était dans la version papier est peu lisible (page 1 et 7). La version mobile que j'avais achetée (page 2 - 6 et 7 - 8) devraient eux, être lisibles. 

Il existe un questionnaire pour vérifier les probabilités d'avoir un syndrome de Meares-Irlen, une comorbidité possible d'un TSA.



Mais soyons clairs, cela n'a rien d'une baguette magique. Cela peut juste amener plus de confort. Je précise néamoins que depuis que j'ai de tels verres, je ne les quitte plus ! À la maison, derrière l'ordinateur, cela va nettement mieux, je tolère de lire des pages dont les couleurs m'agressaient auparavant et ne me rends même pas compte que je porte des verres colorés. Petite précision, la couleur finale ainsi que l'intensité des verres varie selon les longueurs d'ondes lumineuses problématiques.

Questionnaire pour la lecture
Questionnaire pour le syndrome d'Irlen en lien avec l'autisme

Si cela peut déjà aider au moins une personne, c'est bien !

Voici ce qu'en dit Tony Atwood :


« Il y a plusieurs programmes d’aide qui peuvent contribuer à réduire la sensibilité visuelle de l’enfant. Helen Irlen a mis au point l’usage de verres teintés pour améliorer la vision et réduire la surcharge due à la perception et les désagréments visuels. Les lentilles tintées non optiques (Irlen filters ) sont conçues pour filtrer et éliminer les fréquences du spectre de la lumière auxquelles la personne est sensible. Il y a un processus d’évaluation initial qui fait appel à un questionnaire spécial et à une procédure de test pour déterminer quelles couleurs il convient de traiter. Actuellement, aucune étude empirique n’a confirmé la valeur de ces lentilles pour les Asperger, mais j’ai connu plusieurs enfants et adultes qui ont fait état d’une réduction considérable de leur sensibilité visuelle et de leur surcharge sensorielle lorsqu’ils portaient des lentilles d’Irlen».
ATWOOD, T. (2011 3è édition, 2ème tirage). Le syndrome d'Asperger, guide complet. Question de personne. Traduction de Josef Schovanec. Bruxelles, De Boeck. (dans le chapitre dédié à la sensibilité sensorielle, p. 342).

En résumé, chez certains veinards qui comme moi ont reçu le «duopack» en magasin, je veux dire malvoyance + syndrome d'Irlen, (raison pour laquelle je classe cet article dans une deuxième rubrique) causant tout deux une forte sensibilité à l'éblouissement, ce sont parfois les filtres Irlen qui priment en terme d'efficacité sur ceux qui sont généralement recommandés pour contrer l'éblouissement dû à la malvoyance (qui coupent les bleus). 



Dans mon cas, ils soulagent bien mieux la souffrance (c'est bien le mot qui convient) due à l'éblouissement, qui de plus entrave très nettement la vision. 



Mon opticienne, cité dans l'article ci-dessus, spécialiste en basse-vision et formatrice à l'UCBA, m'a même dit que pour certains malvoyants également atteints d'un syndrome d'Irlen, le nombre de dioptries utilisées dans les lunettes-loupes peut être diminué grâce aux filtres adaptés (hélas pas chez moi). En revanche, cela stabilise mon nystagmus latent ! Lorsque je ferme un œil, notament pour chercher la bonne correction optique, ce qui est généralement sportif vu que l'œil testé joue les ventilateurs (l'image est un peu exagérée), mon opticienne a eu l'excellente idée d'intercaler un filtre et - miracle -, l'image a cessé de bouger dans tous les sens !



Bref, la mise en évidence de ce syndrome d'Irlen, dans mon cas, fut un sacré cadeau. Non seulement je me sens moins agressée par l'environnement visuel mais en plus j'ai une seule paire de lunettes et des sur-lunettes foncées et très couvrantes pour le soleil que je peux ajouter... En plus, je fais moins E.T. qu'auparavant... car la couleur orange, il fallait l'assumer , même pour une aspie pour qui le confort prime sur le besoin d'obéir aux diktats de la mode... 

J'ajoute un lien qui pourrait appporter davantage d'informations, - le site outre-Atlantique, avec une description peut-être plus complète du syndrome d'Irlen... Je pense que le réduire à des difficultés de lecture est assez réducteur... mais c'est déjà pas mal. Les questionnaires que j'ai joints me paraissent plus complets.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire