📌🔆Bienvenue ! Ce message d'accueil est pour vous❣️

...  que vous dĂ©barquiez de mon ancien blog hĂ©bergĂ© sur Overblog,  que vous soyez des nouveaux lecteurs, voici quelques explications pour ...

mardi 15 avril 2014

🎬Quelques vidĂ©o sur le syndrome d'Asperger Ă  voir absolument

Si j'ai indiqué ici la premiÚre des vidéos de Super Pépette c'est qu'il me paraßt urgent à certains pro de réactualiser leurs connaissances.

Les préjugés ont la vie dure dans l'autisme.


Non, l'autisme, comme elle le dit, ne concerne pas uniquement des personnes qui ont Ă©galement un lourd handicap mental associĂ© et sont non-verbaux d'un cĂŽtĂ©, ou e l'autre cĂŽtĂ© de ce continuum, des personnes qui ont en plus un «syndrome savant».

Les autistes qui savent parler ne vous indiqueront pas combien de cure-dents sont tombĂ©s d'une boĂźte, ne rĂ©citeront pas un nombre infini de dĂ©cimales dans π.

Il y a des autistes qui savent regarder leur interlocuteur, ont une prosodie normale ou Ă  peu prĂšs...  etc. 

Écouton-lĂ  ! Ses autres vidĂ©os seront en lien !

Une autre vidĂ©o Ă  voir, celle d'Hugo Horiot invitĂ© Ă  «On n'est pas couchĂ©» le 30 novembre 2013.

La naĂŻvetĂ© de la question de Thierry Ardisson est-elle pire que celle de pro qui au bout de quelques minutes d'entretien prĂ©liminaire, ferment la porte au nez du consultant sous prĂ©texte que leur autisme ne se voit pas ? Je fais allusion ici Ă  ma dĂ©dicace Ă  ceux qui bien que se sachant aspie, mais dont les symptĂŽmes sont plus discrets, n'obtiennent mĂȘme pas le droit de passer un bilan complet :


Alors... Mesdames et Messieurs les psy qui penseriez qu'il est impossible pour un autiste d'apprendre Ă  regarder dans les yeux, d'apprendre Ă  avoir une prosodie normale,  de respecter l'alternance de temps de parole, que conclueriez-vous si vous receviez Hugo Horiot en entretien prĂ©liminaire, sans jamais avoir entendu parler de lui auparavant ? Le laisseriez-vous passer un bilan complet ou lui fermeriez-vous la porte en disant qu'il n'est pas autiste que son comportement est trop normal ?

Si on vous disait qu'il a dĂ©jĂ  eu un diagnostic d'autisme par le passĂ©, conclueriez-vous qu'il s'agissait sans doute d'une erreur ? Dans ce cas je ne peux que vous inviter Ă  visionner la vidĂ©o jusuqu'au moment oĂč on le voit Ă  l'Ăąge de 13 ans... lĂ  oĂč les signes sont bien visibles. Ce qui devrait suffir Ă  vous convaincre qu'il a bien reçu le bon diagnostic. Alors... comment expliquez-vous qu'il ait «gommĂ© ses apparence» d'autisme car comme il l'explique, il l'est toujours !

Alors pourquoi refuser un vrai bilan Ă  un adulte, plus encore Ă  une femme, plus encore si le bilan cognitif montre qu'il ou elle est HP. Ce n'est pas parce que cette personne n'a pas de signes ultra-visibles, qu'elle n'en avait pas quand elle Ă©tait jeune, il est possible d'attĂ©nuer trĂšs fortement des symptĂŽmes apparents, comme le prouve Hugo Horiot. 

Beaucoup d'aspie n'ont pas apprĂ©ciĂ© les questions auxquelles Hugo Horiot a su apporter d'excellentes rĂ©ponses. Moi au contraire, je l'apprĂ©cie car il a eu droit, sur le plateau, Ă  des questions de Monsieur et Madame tout le monde, et.. pire, mĂȘme de «pro».

Ce n'est pas parce que son autisme «ne se voit pas» qu'il n'existe pas.


Il ne se voit pas non plus chez Super PĂ©pette. Mais elle a eu un vrai bilan. Il faut voir les difficultĂ©s que nous rencontrons dans notre quotidien, et nos symptĂŽmes typiques, dit pathognomoniques. Et constater que c'est le diagnostic qui explique le mieux le parcours de vie et les symptĂŽmes de la personne en question pour pouvoir s'assurer que c'est la bonne voie. Souvent, hĂ©las, aprĂšs une kyrielle d'autres diagnostics, partiels ou carrĂ©ment faux. 



Le suivant, bien connu en France, Josef Schovanec. 

Je ne sais pas quel effet ce speech a sur vous. Mais dans cette prestation lĂ  particuliĂšrement, son intonation, son humour, j'ai la sensation, sans pouvoir expliquer pourquoi, d'ĂȘtre un peu dans l'univers du regrettĂ© Raymond Devos.


Commenter cet article


Gael05/08/2016 12:01
Bravo ! je suis d'accord sur toute la ligne! Pour ma part et concernant le dĂ©pistage, cela fait dix ans que je suis " en mode j'y vais, j'y vais pas". j'avais pris une Ă -peu-prĂšs dĂ©cision mais.... La lecture mĂȘme de la rĂ©ponse du CRA dont je dĂ©pends m'a plongĂ© dans un doute profond et un Ă©tat de peur diffuse.... Voici en synthĂšse les mots clĂ©s destructeurs : "suspendu les Ă©valuations diagnostics" "depuis plusieurs mois" "durĂ©e encore inconnue". " augmentation consĂ©quente" " durĂ©e d’attente" " (10 mois minimum)." "attente trĂšs importante", "procĂ©dure trĂšs longue" "Entretien filmĂ©" "tĂ©lĂ©phone... " . Je suis pĂ©trifiĂ© par l'idĂ©e d'ĂȘtre jetĂ© comme un malpropre car moi aussi j'ai appris (pour partie) en 53 ans d'Ă©tudes ;) Ă  me comporter Ă  peu prĂšs normalement en sociĂ©tĂ©. Sauf que.... je n'ai pas d'amis, je ne sors quasiment pas, je suis incapable de travailler etc... J'ai appris tout seul et trĂšs jeune Ă  regarder les gens dans les yeux mais comme pour moi un seul regard m'apporte une encyclopĂ©die en 24 volumes d'informations sur la personne que j'ai en face de moi... Ce n'est pas simple Ă  gĂ©rer. VoilĂ , j'avais envie de dire un pti truc sur le sujet et c'est fait :)
          


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire